Prosecco, le vin mousseux d’Italie

Le prosecco était inconnu il y a quelques décennies à peine et est maintenant un terme courant. Pourquoi le prosecco est-il si populaire aujourd’hui auprès des jeunes professionnels des grandes métropoles ?

Le prosecco est devenu de plus en plus populaire ces dernières années. L’une des raisons du succès du prosecco est sa polyvalence : croquant et rafraîchissant, en Italie on l’aime à l’apéritif, mais il est aussi excellent au dîner ou comme vin de dessert. Ce que beaucoup ne savent peut-être pas, c’est que l’histoire du prosecco, comme c’est souvent le cas avec les vins, remonte à très loin et que des mesures intelligentes ont été prises, au cours des siècles, pour protéger son nom, son origine et sa qualité.

Une histoire qui remonte à l’époque romaine

Un vin mousseux blanc appelé  pucino  est probablement l’ancêtre de notre prosecco bien-aimé. Produit dans la région de Trieste en Italie, il était si bon que Pline l’Ancien en a parlé lyriquement dans son  Naturalis Historia  et Livia, épouse du premier empereur de Rome, Auguste, a juré qu’il avait même des propriétés médicinales.

Voici une vidéo en anglais parlant l’histoire de ce vin :

L’association entre le vin pucino  et le prosecco a été officiellement faite au 16ème siècle par des producteurs locaux, désireux de créer un passé précieux pour leur vin. À l’époque, cependant, il n’était pas connu sous le nom de prosecco, mais sous le nom de « ribolla ». Ribolla était populaire, si populaire que des variétés moins chères produites dans la région de Gorizia et dans la péninsule d’Istrie essayaient d’obtenir une partie de sa notoriété.

À la fin du XVIe siècle, la ribolla a donc commencé à être associée exclusivement à une zone spécifique, celle du Prosecco. Son château, qui fait aujourd’hui partie de Trieste, a été identifié au castellum nobile vino Pucinum, lui-même associé à la production de cet ancien nectar romain d’en haut.

Le temps passe et les choses se compliquent

Si vous pensiez qu’associer la ribolla au Castello di Prosecco suffirait à garantir la protection du vin, vous vous tromperiez. Au fil du temps, le prosecco est aussi devenu le nom du cépage utilisé pour produire le vin ; en tant que tel, tout le monde pouvait le cultiver n’importe où et ensuite en faire du vin.

Cela n’avait pas été un problème jusqu’au milieu du 20e siècle, lorsque deux types de prosecco, le Prosecco di Conegliano Valdobbiadene et le  Montelli e Colli Asolani Prosecco se sont fait  un nom. Le premier a obtenu une dénomination DOC en 1969, le second en 1977, portant le prosecco à l’Olympe des vins italiens. Comme vous pouvez vous y attendre, cela s’est traduit par une croissance de l’activité autour du cépage prosecco et, au fil du temps, par la production de vin similaire au prosecco DOC.

Si les connaisseurs de vin pouvaient certainement reconnaître un prosecco DOC à partir d’une version moins chère, la présence dans les supermarchés européens de boîtes de prosecco et de chips aromatisées au prosecco montrait à quel point les producteurs de prosecco DOC risquaient de perdre l’exclusivité de leur produit.

Séverine L.

Fille de vigneronne, j'aime mon terroir et le patrimoine gascon. L'Armagnac est le spiritueux star de notre région mais il y a bien d'autres choses à découvrir ici :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.