Domaine du Tariquet : une affaire de famille

Un ciel sans nuages ​​règne d’un bleu azur au-dessus des vignes dont les feuilles deviennent dorées automnales, avec des raisins mûrs pour la cueillette. C’est fin août en Gascogne et au Domaine du Tariquet, juste à l’est de la petite ville d’Eauze qui sert de capitale de l’Armagnac, tout le monde fait les derniers préparatifs des vendanges qui commenceront le lendemain, une semaine environ plus tôt que prévu. Le même soleil d’été qui a fait avancer la vendange fera de cette année un millésime à chérir. Tant de choses peuvent mal tourner dans le cycle de production du vin, des gelées printanières aux tempêtes de grêle de fin d’été, que lorsque les raisins sont cueillis en toute sécurité sous suffisamment de soleil pour bannir le mildiou et autres fléaux, il y a un soupir de soulagement universel.

C’est un soupir qui dure moins de temps qu’il n’en faut pour dire la vinification, l’étape suivante et la plus importante dans le processus de transformation du raisin en vin. Au château, ils se préparent déjà à recevoir les produits de 2 350 hectares de vignes, des milliers de tonnes de raisins qui produiront assez de vin pour remplir plus de huit millions de bouteilles. Propriété de la famille Grassa, Tariquet est le plus grand producteur de vin indépendant de France, et le traitement de la récolte est une tâche colossale. La plupart des établissements vinicoles français, même les légendaires châteaux de Bordeaux, ont un modeste pressoir où les raisins sont écrasés et le jus résultant pompé dans des fûts en bois ou des récipients en acier inoxydable pour commencer le processus miraculeux de fermentation qui transforme le jus de raisin en vin.

Des installations surprenantes

À Tariquet, cependant, le plus grand pressoir d’Europe dispose d’une gamme de huit pressoirs pneumatiques géants, chacun pouvant gérer la production d’une cave de taille standard. De l’autre côté de la cour, dans une nouvelle structure semblable à un hangar en voie d’achèvement, ils installent une ligne d’embouteillage mécanisée à la pointe de la technologie qui peut remplir, boucher et capsuler 10 000 bouteilles par heure.

Voici une vidéo présentant ce domaine :

Les conditions sanitaires proches du laboratoire garantissent l’absence de contamination du vin. Des échantillons sont prélevés régulièrement et soumis à quatre jours de tests microbiologiques pour confirmer la qualité. La mise en bouteille est l’événement final, le coup de grâce- dans un processus de vinification aussi vieux que les collines et, à Tariquet, aussi moderne que les ordinateurs et les capteurs qui surveillent le flux de jus à travers la cave à mesure qu’il est converti en cette denrée alcoolique que nous chérissons comme le vin.

Un domaine qui a marqué l’histoire

À une époque où l’industrie viticole française, liée à la tradition, est confrontée à une concurrence féroce, en particulier de la part du Nouveau Monde, Tariquet est la preuve que les viticulteurs français peuvent évoluer avec leur temps, adopter de nouvelles idées et technologies et rivaliser avec les meilleurs du secteur.

Et, heureusement, la seule personne qui peut le mieux apprécier ce que Tariquet est devenu est toujours là pour en être témoin, la transformation complète de ce qui était autrefois une propriété d’Armagnac délabrée, survivant à peine avec une dizaine d’hectares de vignes. Pierre Grassa, aujourd’hui âgé de 95 ans, était un soldat français qui s’était échappé d’un camp de prisonniers de guerre en Allemagne et était arrivé en Gascogne pour combattre avec la Résistance.

Séverine L.

Fille de vigneronne, j'aime mon terroir et le patrimoine gascon. L'Armagnac est le spiritueux star de notre région mais il y a bien d'autres choses à découvrir ici :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *