Tendances de l’alimentation saine : ce que nous montrent les baromètres FOOD

Chaque année, le programme FOOD, initiative coordonnée par Edenred qui œuvre pour faire « du choix sain un choix facile » pour les salariés comme pour les restaurateurs, réalise une évaluation annuelle du programme. Dans ce cadre, des baromètres sont menés auprès des salariés et des restaurateurs pour connaître leurs habitudes et leur perception d’une alimentation saine au cours de la journée de travail.

En 2021, les baromètres FOOD se sont spécifiquement penchés sur l’impact du Covid-19 sur les habitudes alimentaires des salariés au quotidien, notamment sur leur pouvoir d’achat, leurs habitudes alimentaires et l’utilisation des moyens numériques pour se nourrir. Les baromètres se sont également penchés sur les dispositifs mis en place par les restaurants afin de faire face à la pandémie. Au total, plus de 66 400 employés et 1 370 restaurateurs dans 20 pays ont répondu à l’enquête FOOD, voici les faits saillants de ce qu’ils ont révélé.

Les canaux numériques ont aidé les restaurants

De nouveaux canaux de vente numériques ont permis aux employés de continuer à commander de la nourriture dans leurs restaurants préférés pendant la crise, et ces nouveaux processus de vente ont séduit les clients, 67 % déclarant avoir commandé via des services de livraison ou de vente à emporter pendant la pandémie. 

Voici des conseils en vidéo :

Pendant ce temps, 41 % ont commandé dans des restaurants qu’ils connaissaient, preuve de la fidélité des utilisateurs de chèques-repas. Ces services ont attiré de nouveaux clients et fidéliser des clients réguliers, 52 % des restaurateurs ayant remarqué de nouveaux clients pendant la pandémie et 49 % estimant que les chèques-repas ont aidé à fidéliser les clients.

Le pouvoir d’achat a diminué pour 4 consommateurs sur 10 en Europe

La pandémie exacerbe les difficultés des groupes les plus vulnérables et pose de sérieux défis à nos économies, avec des inégalités croissantes. Les données montrent que 4 consommateurs sur 10 en Europe ont connu une baisse des revenus de leur ménage à cause de la pandémie et 1 travailleur européen sur 10 vit dans la pauvreté. La Banque mondiale affirme que la crise actuelle est responsable d’une augmentation généralisée de l’insécurité alimentaire, en particulier parmi les plus vulnérables, et devrait persister dans les années à venir.

L’incertitude économique et la hausse des prix des denrées alimentaires ont un impact considérable sur la santé mentale des gens car ils s’inquiètent de leur pouvoir d’achat et certains sont incapables d’acheter des aliments sains, qui sont nécessaires pour soutenir un système immunitaire fort. Les ventes d’aliments moins chers et de mauvaise qualité ont augmenté pendant la pandémie, ainsi que le taux d’obésité dans de nombreux pays, principalement en raison de la consommation d’aliments transformés et du manque d’activité physique, malgré une consommation élevée d’aliments transformés associée à la mortalité due à Covid-19. Ne pas avoir accès à une alimentation saine met donc les personnes en danger et montre comment la pandémie a accru les inégalités sociales et de santé.

Séverine L.

Fille de vigneronne, j'aime mon terroir et le patrimoine gascon. L'Armagnac est le spiritueux star de notre région mais il y a bien d'autres choses à découvrir ici :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *