Vigne : 5 conseils pour un débourrement réussi

En viticulture, le débourrement correspond à l’éclosion des bourgeons et à la sortie progressive de la pointe verte des rameaux. Cette étape du cycle végétatif de la vigne est très importante pour obtenir une production de vin en quantité et en qualité. Il faut donc savoir la mener. Voici 5 conseils pour réussir son débourrement.

1-Adapter un cépage à son terroir  

Après une longue période de dormance en hiver, la vigne se réveille au printemps. On assiste alors à l’ouverture des bourgeons. Cette phase s’appelle « le débourrement » ou « ledébourrage ». Elle a généralement lieu entre fin mars et début avril, en fonction du cépage. Il existe d’une part des cépages précoces (Chardonnay, Merlot, Pinot Noir) et d’autre part des cépages plus tardifs (Cabernet Sauvignon, Cinsault, Riesling). Le viticulteur veillera à adapter le cépage à son terroir afin d’éviter des risques de gelées. 

2-Protéger la vigne des températures basses 

S’ils bénéficient en hiver d’un cocon protecteur, les jeunes bourgeons sont particulièrement exposés aux agressions extérieures après leur sortie au printemps. Comme ils ne tolèrent pas les basses températures (en deçà de -2,5 °C), les vignerons doivent être très vigilants face aux risques de gelées printanières tardives. Pour ne pas que les jeunes bourgeons meurent (ce qui compromet la récolte), il leur faudrait par exemple mettre des bougies dans les vignes. Cette méthode permet de brasser l’air froid et éviter qu’il ne stagne au niveau des rameaux. On peut aussi se tourner vers le système d’aspersion d’eau qui, en gelant, crée une gangue de glace protectrice. 

3-Faire attention aux maladies cryptogamiques

Outre les gelées, le vigneron doit faire attention aux maladies cryptogamiques comme l’excoriose, qui infecte la bourre, et le mildiou, ennemi numéro 1 de la vigne. Ce champignon parasite se développe à la faveur des printemps pluvieux et doux. Il peut entraîner d’importantes pertes de récoltes, ainsi que des problèmes de qualité des vins. Par ailleurs, le vigneron fera la chasse à certains ravageurs tels que les escargots qui adorent croquer les bourgeons.

4-Pratiquer le décavaillonnage

Pour réussir son débourrement, il faut en outre pratiquer le décavaillonnage. Celui-ci consiste à travailler le sol entre les pieds de vignes. Il faut retourner les mottes de terre ou cavaillons apparues après le chaussage de la vigne à l’automne. Après le passage du tracteur, ce travail peut se compléter manuellement avec un tire-cavaillon, une sorte de pioche à deux fourchons.

5-Bien s’équiper 

Comme on le voit, le débourrement n’est pas un moment de repos. Il y a des travaux à faire pour entretenir la vigne. Et, comme toutes activités agricoles, les risques sont omniprésents : coupure, coups de soleil, etc. Le viticulteur peut trouver une gamme complète d’équipements sur la boutique en ligne de Selenca. Cette marque bordelaise propose des produits et services pour gérer les risques que les agriculteurs rencontrent sur leur exploitation. Parmi les produits se trouvent des équipements de protection individuelle (EPI) comme les gants, les lunettes, les masques et les combinaisons phytosanitaires complètes. Tous les équipements de Selenca répondent aux normes du code du travail.

Louis

Epicurien de coeur et d'âme, je suis né dans la belle ville d'Agen. J'ai travaillé dans les vignes, plus jeune, comme tous les enfants du pays. Je partage ici ma passion pour mon terroir, la gastronomie et la culture locale :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.